Baby-sitting : on se penche sur la rémunération

Publié le par Alex

Baby-sitting : on se penche sur la rémunération

Que vous soyez employeur ou baby-sitter, la rémunération est l’une des questions sur lesquelles vous devez vous accorder. Le salaire moyen d’une baby-sitter se situe entre 7 et 10 euros nets. Plusieurs critères influent sur le montant final.

Après les qualifications et l’expérience de la baby-sitter, le nombre d’enfants à garder et la nature des tâches confiées sont les premiers, car la responsabilité n’est évidemment pas la même entre la surveillance pendant leur sommeil et le bain, la préparation des repas, l’aide aux devoirs, les sorties…, qui requièrent plus qu’une simple présence. En général, le salaire pour une heure de « présence responsable » correspond à 66 % de celui pour une heure de « garde effective ».

Le moment de la journée aussi intervient, car la nuit est généralement mieux payée. Pour toute une nuit, employée et employeur conviennent souvent d’un forfait.

L’éloignement aussi est à prendre en compte, avec le temps de transport de la baby-sitter. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les parents cherchent en priorité vers le voisinage, pour éviter les frais de transport (surtout la nuit) ou d’avoir à reconduire la personne chez elle après sa garde.

Quand on parle rémunération, il faut également penser au moyen de paiement. Le chèque emploi service universel (CESU), dans sa version papier ou dématérialisée, est un outil à la fois sûr et très pratique, et surtout, parfaitement légal.

De plus, il vous donne droit à une réduction d’impôt de 50 % par rapport au montant de la prestation (auquel s’ajoutent les frais de l’intermédiaire si vous êtes passé par une association ou un organisme spécialisés pour recruter la baby-sitter) et jusqu’à un certain plafond. La condition : que la prestation ait eu lieu à votre domicile et qu’elle ait été déclarée à l’URSSAF (produire une copie au moment de votre déclaration d’impôt).

Publié dans J'aime les enfants

Commenter cet article