Je bricole pour vous !

Publié le par Alex

Je bricole pour vous !

Nous sommes nombreux à aimer bricoler et à être habiles de nos mains. Mais avec le temps, cette passion a parfois tendance à se perdre, jusqu’à ce qu’on se rende compte qu’on peut en faire un travail d’appoint pour arrondir mes fins de mois.

Faisant partie des services à la personne, le bricolage peut prendre diverses formes, et c’est un réel bon plan pour joindre les deux bouts. Travailler comme bricoleur occasionnel, quelques heures par semaine est possible surtout si on en parle autour de soi. Il y aura toujours des amis, des cousins, des tantes d’amis qui auront besoin de ce genre de services.

Ainsi, ce type de service fonctionne beaucoup sur le bouche à oreille. En plus de parler de ce projet à ses proches, on peut accélérer les choses en s’inscrivant auprès d’associations ou de sociétés spécialisées dans les services et la main d’œuvre. Il existe même des sites de petites annonces spécialisés dans le service à la personne.

On peut alors se voir attribuer des tâches diverses et variées en lien avec le bricolage. Ainsi, on peut réparer un meuble, repeindre des portes ou des volets, tondre la pelouse, monter des étagères ou des meubles livrés en kit, etc. On peut également réparer des fuites d’eau, repeindre un pan de mur ou toute une pièce...

Le profil des personnes prêtes à payer pour quelques heures de bricolage par semaine est très varié. On peut travailler pour des seniors ou chez des familles monoparentales. Ce « travail » plaît particulièrement aux personnes de plus de 45ans qui souhaitent arrondir leurs fins de mois en faisant quelque chose qu’ils aiment.

Pour ce qui est du « salaire », bricoler chez les particuliers ne rapporte évidemment pas l’équivalent d’un salaire mensuel classique à temps plein. Les tarifs appliqués avoisinent le Smic horaire (un peu moins de 9.5€/h). Il faut demander un contrat en bonne et due forme pour bien savoir à l’avance quels genres de petits travaux on devra réaliser…

Publié dans J'aime être dehors

Commenter cet article